PUB
PUB

FECOFA : MAIS QUI POUR SUCCÉDER À CONSTANT OMARI?

Quel serait le profil d’un présidentiable à la tête de l’organe faîtier du football Congolais ?

Omari doit partir, finira par partir mais s’il venait à partir, qui assumera ses fonctions ?

Constant Omari, président de la Fecofa

D’entrée de jeu, nous sommes tentés de dire que ce prétendant candidat, l’homme capable de faire le poids n’existe pas encore mais cela n’est pas le cas parce que le Congo regorge des têtes. Il sied de dire que ces têtes sont soit, sous ses ordres soit rongées par la peur de faire face à l’éternel président qui jouit de la loyauté et de la reconnaissance des personnes (présidents des ligues et ententes) qu’il a nommées.

Par le passé, toutes les forces qui avaient essayé de lui tenir tête avaient été réduites au silence. C’est pourquoi à ce jour, la gestion calamiteuse et l’amateurisme que tout le monde sait voir passent comme un film au cinéma. Personne n’a les couilles(Passez-moi l’expression)de se lever et dire tout haut ce que tout le monde dit tout bas.

Vice-président de la CAF et membre à la FIFA, l’incontestable président se fait entourer des gens au service de leurs poches. La nation vient en deuxième position voilà pourquoi les délits qui mettent en mal la république se multiplient.

Les délits ? Il y en a en abondance.

Tenez :

  1.  » Les passeports falsifiés » des joueurs burundais lors du tour préliminaire de la coupe du monde Russie 2018, affaire qui a été couverte sans prétexte, heureusement que la RDC était qualifiée.
  2. Ou encore du coup (Rwanda – RDC 1-0) avant le CHAN 2016. Plus loin le match (RDC – Cameroun 1-3) perdu et sacrifié lors du CHAN 2016, sous prétexte qu’on s’était déjà qualifié.
  3. Et pire, de l’affaire la plus flagrante sur la disqualification des léopards U23 au profit du Maroc, alors que tout a été prévenu au préalable. Sans parler de l’affaire « Pourcentage » au sein de l’équipe nationale, recommandation des joueurs, falsification des documents des joueurs, triche sur l’âge etc… (Les détails ? Nous y reviendrons).

L’exemple parfait est celui de la « LIGUE NATIONALE DE FOOTBALL » qui voit plusieurs de ses décisions être levées sans scrupule par la fédération, mais que faire quand on est nommé au lieu d’être élu ?

Pendant que les petites nations comme la Mauritanie, l’île Maurice, Madagascar matérialisent les projets « FIFA Foward » en construisant de centres de football avec des conditions modernes, notre fédération, elle, ne change que des sièges dans son bâtiment. Après on s’étonne que Madagascar nous élimine 3 années après qu’on lui ait infligé 6 buts à 1 chez lui.

Quand les autres progressent, nous, on stagne.

Le centre Kurara Mpova qui est 100 fois moins bon que le centre privé »UJANA » a valu des millions de dollars, mais n’a aucun réfectoire, pas d’eau, pas d’électricité, de l’herbe partout, pour couronner le tout, les serpents s’y multiplient, pas des locaux propres. Toutes les équipes qui y vont, n’utilisent que l’aire de jeu, elles logent dans les hôtels d’à côté, Et oui… C’est une vérité vous ne rêvez pas.

En 16 ans de pouvoir, le président de notre fédération justifie ce manque de décollage via même un centre d’encadrement des jeunes et femmes, au fait que le directeur de cabinet de l’ancien chef de l’État aurait saisi cette portion de terre réservée à la fédération, on est où là ?

Vous ne rêvez pas, Mr le président de la FECOFA et ses collaborateurs ne sont que dans l’éternel chantier qui n’a toujours pas commencé. « Le diable c’est toujours les autres. Aujourd’hui l’État, demain l’État, après demain l’État » mais personne ne sait à quoi sert l’argent de la FIFA, des sponsors etc.

Faites les calculs, résolvez les équations du football national, en commençant par le football de jeunes, le football féminin, l’organisation des championnats des ententes de football de toutes les provinces, des ligues, jusqu’à la ligue mère (LINAFOOT) en passant par la formation des entraineurs, instructeurs, licences et transferts des joueurs, la réponse donnera… « FECOFA »

Malheureusement aucun candidat ayant un projet sérieux ne se prononce, personne ne veut rien changer, tous se lamentent en catimini sans hausser le ton. Comment voulez-vous voir le football progresser?

Les anciens joueurs ? Qui peut prendre l’exemple de Didier Drogba, Samuel Eto’o, ou d’autres joueurs qui sont respectés dans les grandes instances du football ? Personne. Soit par manque d’ambition, ou occupés dans les affaires privées ou encore devenus x et y dans le staff de l’équipe nationale, qui est au service du grand Monsieur.

Le mal est profond et deux choix s’imposent: Soit on le consomme silencieusement soit , vivement qu’un candidat sérieux lève la voix, et qu’il soit rassuré d’avoir tout notre soutien pour mettre fin à cette prise d’otage cauchemardesque.

Reveillons-nous!

Gede L. Kupa

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *