PUB
PUB

LES MESURES PRISES POUR BENI SONT INSUFFISANTES ET INEFFICACES

Telle est la position du Chemin de la paix, mouvement qu i accompagne le Dr Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix dans la recherche d’une paix durable en RDC. Selon son Coordonnateur Adjoint basé à Kinshasa, le Professeur José-Adolphe Voto, les mesures prises à l’issue du Conseil de Sécurité tenue ce lundi 25 Novembre par le gouvernement et élargi à la Monusco, ne sont pas efficientes au regard de l’ampleur et la complexité du drame qui se déroule dans la région de Beni depuis près de cinq ans et qui s’est exacerbé ces derniers jours.

Congolese gynecologist and co-laureate of the 2018 Nobel Peace Prize Denis Mukwege gives a joint press conference with Norway’s Prime Minister (not in picture) in Oslo on December 11, 2018. Norway OUT / AFP / NTB SCANPIX / Lise Aserud

Pour le Chemin de la Paix, il ne suffit pas d’établir un QG avancé des Fardc à Beni et continuer les opérations conjointes avec la Monusco pour résoudre le problème. Les Fardc ont toujours travaillé avec la Monusco et cela n’a rien produit.
Le problème dans la région de Beni est double et il est connu de la population et des leaders de la province : c’est la complicité de certains commandants avec l’ennemi et l’inefficacité de la Monusco. C’est à ces niveaux qu’il faut apporter des solutions.
Premièrement, permuter les commandants des troupes qui ont tissé des liens d’affaires avec l’ennemi et qui l’alimentent en informations et même en logistique. Deuxièmement, demander au Conseil de Sécurité des Nations Unies d’activer le chapitre 7 des résolutions relatives à la mission de la Monusco pour permettre à celle-ci d’imposer la paix à Beni, au lieu de rester des simples observateurs et faire des photos pour compter les morts.
Le Dr Mukwege a depuis préconisé une solution durable pour ramener la paix dans cette région : il s’agit de mettre en place une mission avec des unités spécialisées du type Artémis qui a ramené la paix en Ituri en 2003. Et ceci dans le cadre du chapitre 7 de la résolution de la Monusco. Car nous sommes là dans une situation de crime contre l’humanité et il faut que le gouvernement congolais mette devant ses responsabilités, le Conseil de Sécurité des Nations Unies qui a initié la Monusco avec une mission inefficace depuis près de vingt.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *