PUB
PUB

Pour avoir défendu un bien de l’état, dr Belkis Nkuku tué par un policier

L’administrateur de l’hôpital Vijana a été abattu par le garde du corps du ministre provincial de l’intérieur pour un conflit parcellaire, la spoliation d’une partie de la parcelle abritant l’hôpital pour laquelle le numéro 1 de la police de Kinshasa dit avoir été plusieurs fois empêché d’appliquer la loi.

Dr Belkis Nkuku, Administrateur Gérant de l’Hôpital Vijana

« A plus de deux reprises, je suis venu ici pour détruire la construction anarchique mais à notre grande surprise », a déclaré le commissaire supérieur Sylvano Kassongo qui dit avoir « appris [plus tard] que la suite du ministre Dolly Makambo est venue ici pour abattre » le représentant du propriétaire de la parcelle spoliée.

« C’est vraiment déplorable, c’est très grave », dit encore le numéro 1 de la police dans la capitale qui dit être impuissant des actes perpétrés par « les suites des autorités, on ne peut pas contrôler la garde d’une autorité », dit encore Sylvano Kasongo.

Qui est la victime?

Âgé de 33 ans, Belvis Nkuku Ilo est né à Kiri (Mai-Ndombe), le 1er janvier 1986.

Affecté à Vijana par le ministère provincial de la santé le 27 septembre 2018, il y exerçait la fonction d’administrateur depuis le 6 novembre.

Les « regrets » du ministre présumé coupable.

Dans un communiqué, le ministre dont le garde du corps a tué Belvis Nkuku, dit « avoir appris avec consternation le décès par balle, [sans citer son nom], d’un administrateur du centre de santé Vijana ».

Dolly Makambo, qui dit « condamner avec la dernière énergie cet acte ignoble, présente ses condoléances les plus attristées  à la famille éprouvée et promet de mettre tout en œuvre pour que justice soit faite ».

Il n’explique pas ce que faisait sur place, sa garde rapprochée dans un véhicule de l’état mis à sa disposition.

Top Congo/sakola.info

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *