PUB
PUB

SAVE THE CHILDREN: La non-scolarité, un danger pour les générations futures

Alors que de nombreux enfants s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école en Afrique de l’Ouest et du Centre ; plus de 2 millions d’enfants ne feront pas de rentrée suite à la fermeture de 9,288 écoles dans la région en raison de la situation sécuritaire et 44.000 enseignants ne pourront pas rejoindre les salles de classes.

« Conflits internes violents, insécurités, catastrophes naturelles, épidémies graves telles que Ebola, sont des maux dont nous entendons régulièrement parler. Mais nous sommes nous souvent posez la question : Quelles sont les conséquences sur les enfants et jeunes des zones affectées par ces multiples crises ? » déclare Mr Philippe Adapoe Directeur régional de Save the Children pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Au Burkina Faso, la rapide détérioration de la situation sécuritaire a entrainé la fermeture de plus de 2,024 écoles aujourd’hui contre 1284 en Mars 2019. Le Cameroun, le Nigeria, la RCA, le Tchad, la RDC, le Niger et le Mali font face aux mêmes difficultés.

Dans toute la région, et particulièrement dans le centre du Sahel, l’éducation devient de plus en plus une cible : les écoles sont attaquées par des groupes armés, incendiées ou même occupées à des fins militaires ou par des personnes déplacées à l’intérieur. Des enfants et des enseignants sont attaqués sur le chemin de l’école et à l’école même.

Plusieurs études menées par Save the Children dans la région démontrent que, durant les situations de crise, la priorité primaire des enfants et des jeunes est de retourner à l’école.

L’éducation, un besoin primaire pour les enfants et jeunes en situation de crise, mais encore sous financée

Save the Children recommande :

Aux gouvernements 

·         Assurer la continuité de l’éducation à travers l’augmentation du budget alloué à l’éducation en situation d’urgence et son intégration dans les plans sectoriels ;

·         Sécuriser les écoles et tous les espaces d’enseignement à travers la mise en œuvre de la Déclaration sur la Sécurité dans les Ecoles ; veiller à la sécurité et à la protection des enseignants dans les zones rurales et difficiles d’accès ;

Aux partenaires techniques et financiers, agences des Nations-Unies et organisations non-gouvernementales

·         Appuyer le gouvernement dans la mise en place de services éducatifs de qualité dans les zones touchées par l’insécurité et reconnaitre que l’éducation dans les situations d’urgence constitue un domaine prioritaire dans toutes les interventions humanitaires ;

·         Sensibiliser les communautés, les chefs religieux et les acteurs non étatiques sur l’importance de la continuité de l’éducation et de la protection des écoles contre les attaques.

sakola.info

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *